Il se demandait si son père viendrait le lendemain.

- "Hein ? Que crois-tu, Pierre ?" demanda-t-il anxieusement à son voisin de chambrée qui lourdement s'était laissé tombé sur son lit.

Il ne reçut pas de réponse. Son ami ne le voyait même plus. Il était déjà parti loin dans le monde incroyablement peuplé des rêves et avait plongé dans le sommeil des justes. Jacques se retrouvait seul à penser à la situation. Il croyait que l'aventure était terminée. Il pensait aussi que son séjour se terminerait avec l'arrivée de celui qui arriverait pour le ramener à la maison et dans le droit chemin. Il est vrai que toutes ces âneries le faisaient passer aux yeux du directeur pour un provocateur. Il ne voulait pas croire que tout s'achèverait ainsi. Comment pourrait-il y échapper ? Et il aurait été fort surpris qu'il puisse y avoir une fin différente.

"Craaaaaac" fit alors le lit de son voisin dans un bruit assourdissant...

Il se releva et ne comprit pas immédiatement ce qui était arrivé. Mais il chercha immédiatement où était passé Pierre. Sans peine, il le retrouva les yeux grand ouverts, effaré par ce qui venait de lui arriver. Ouf ! il n'avait pas de mal car sa chute avait été amortie par les couvertures. Avant qu'il ne parte, il faudrait maintenant retrouver le coupable de cette ignominie. Cela ne pouvait être que des membres de la bande rivale ou des élèves de la classe qui avaient préparé ce coup-là.